5.11.14

B.O

Boucles d'oreille Emyline Création


Que les choses soient claires : je ne porte JAMAIS de boucles d'oreille. Trop l'impression de ressembler à la Vache qui Rit. Et puis avec les cheveux longs et toujours lâchés quel intérêt ?

Eh oui mais une femme c'est plein de certitudes mais aussi de contradictions ( ouh la la on croirait ce post écrit par un homme des cavernes). Vous me voyez donc venir : je ne porte jamais de boucles d'oreilles mais là j'ai craqué pour ce modèle à plume unique designé par Emyline.

Repéré sur le marché du  Cap-Ferret cet été, je suis tombé en amour comme disent nos cousins québécois. Délicatesse de la plume, asymétrie, touche de turquoise, tout est parfait.

Peut-être que mon oeil s'est repu inconsciemment de toutes ces B.0 uniques vues sur les derniers défilés ( Vuitton en tête ). Et dès que les codes des années 80 pointent le bout de leur nez, paf ! suis au rendez-vous.
Je n'avais pas pensé une seconde qu'à chaque fois que je les porte j'aurai droit à la conversation suivante :
- elles sont belles tes boucles d'oreille !
- merci elles sont signées d'une jeune créatrice bordelaise ( avez-vous remarqué que dès que l'on parle d'un nouveau créateur hors circuit de l'industrie de la mode on lui accole l'adjectif "jeune" quel que soit son âge ? Je m'égare ).
- Ah ! Mais mince tu as perdu une plume...

Hé hé, notre cerveau serait-il programmé pour la symétrie...

Celui d'Emyline est plein de jolies choses, de lignes graphiques, d'humeur ethnique, de couleurs chics.
Suis tombée en amour comme disent... les québécois ( je sais déjà dit ).



4.11.14

Bébé 2.0



Samedi nous étions au square. Le soleil brillait, normal c'était la fin de l'été indien. Les enfants jouaient au toboggan en criant, normal ce sont des enfants dans un square. Je feuilletais la presse en me réchauffant au soleil sur un banc, normal je suis une maman lézard qui emmène ses enfants au square le samedi matin.

Tout à coup, je relève la tête et tombe nez à nez avec le "bébé" de ma fille, téléphone portable bien calé dans la ceinture. L'image me fait sourire. Clic clac, photo.

Puis nous rentrons. Louison prend son temps comme d'habitude ( il nous faut en moyenne 20mn pour aller du square à la boulangerie, espacés chacun de 300m max ! ). Je me retourne pour la presser et là stupeur : ma fille pousse son "bébé" d'une main, en pleine conversation avec son téléphone portable de l'autre ! Vision d'horreur. Clic clac photo.

Simple reflet de notre évolution ? Brr.
Moi qui peste contre les nounous que je croise à longueur de journée, poussette double d'une main, bout de chou qui marche à peine accroché à la poussette, le tout en pleine discussion téléphonique, je n'arrive pas à m'attendrir devant ce spectacle.

Téléphoner poussette en main, certainement le meilleur moment pour appeler les copines ( le soir entre le bain, le repas, les devoirs, les histoires... je ne sais pas vous mais moi, pfft impossible de caler un coup de fil aux potes ). Mais depuis que je me suis vue téléphoner avec kit main libre, poussant Louison, traversant ( dans les clous et au bonhomme vert ) et prendre conscience quelques pas plus loin que je n'avais pas vraiment fait attention au chemin parcouru et que j'avançais machinalement, je m'oblige à ne plus téléphoner en poussant Louison dans sa poussette.

Louison a deux ans et demi, comme tous les enfants de son âge elle imite tout ce qui l'entoure.
Brr ce qui l'entoure fait froid dans le dos.
 
  • COUTURE